Syndicat


Vos vies sont précieuses 4

Pour ma part, je veux bien prendre tous les reproches que l’on voudra me faire. J’assume.

Camarades la mise en danger de l’un des nôtres n’est pas, ne peut pas être, une solution. Vous avez déjà prouver à la France entière que vous avez plus de dignité que la plupart.
Camarades, nous aurons besoin de vous, vos collègues, vos amis, vos familles, auront besoin de vous à leurs côtés pour mener les batailles que le patronat et ce gouvernement ne manqueront pas de nous déclarer.
Camarades, humblement, modestement, je me permets de vous demander d’arrêter votre grève de la faim.

Vous avez déjà gagné. Vous avez révélé à la face du monde que les « dirigeants » de Peugeot ne valent rien et ne sont rien.