Le Front des luttes est mort, vive la Convergence ! 1


Le Front des luttes est mort. Vive la Convergence !

Tract unitaire CGT - Sud

Tract unitaire CGT – Sud

Aujourd’hui, une information importante a jailli sur nos listes de diff, TL des réseaux sociaux et autres outils de propagande et d’informations non officiels : la convergence entre les Intermittents du spectacle et les cheminots de la SNCF.

Cette convergence est un phénomène qu’il faut soigner, chérir et diffuser le plus largement possible. Tout autre message politique diffusé serait une faute politique grave.

Chacune de nos victoires doit être célébrée et expliquée, car elles constituent toutes une étape franchie vers notre, indispensable, conscientisation.

Chacun à notre place nous devons œuvrer pour renforcer les liens entre les salarié-es, qu’ils soient en activité, au chômage, en lutte ou non.

Longtemps, j’ai milité pour que le Front des luttes prenne la place qu’il lui était nécessaire d’occuper et dont nous avions tous besoin. Mais, force est de constater que les acteurs politiques n’ont pas su se montrer à la hauteur. La raison, à mes yeux, est facilement identifiable. Ils se sont perdus. Ne voyant dans cet outil qu’un moyen supplémentaire d’attirer à eux de nouveaux affiliés. Tant pis. L’histoire ne retiendra du Front des luttes que sa capacité à générer des crépitements de flashs et non de la conscience politique.

Place au peuple

N18-2014

Soutien des salariés de Air France

En attendant, les cheminots, les intermittents, les profs, les salarié-es du privé ont bien compris qu’ils ne peuvent attendre personne pour prendre les choses en main. Aujourd’hui, nous avons vu les cheminots rejoindre les intermittents, mais nous avons aussi vu les salariés d’Air France émettre une motion de soutien aux cheminots, les profs de philosophie, de leur côté, ont rédigé une pétition.

Au moment où 30 intellectuels de par le monde signent un manifeste de soutien à « Podemos », mouvement politique d’essence populaire et autogestionnaire, ici en France, le mouvement qui aurait pu et dû être à l’origine d’une même initiative se perd en bataille d’égos, en tractations d’arrières courts entre directions nationales et tient à bonne distance le peuple – probablement de peur de perdre le peu de représentativité qui leur reste.

Ceux qui voulaient nous faire croire qu’ils feraient de la politique autrement, la font exactement comme les autres, comment s’étonner alors que les électeurs leur tournent le dos ?

Déception ou tristesse ?

Lien vers la pétition de soutien

Lien vers la pétition de soutien

Ni l’un ni l’autre, nous aurons franchi une étape, continuons à avancer, ne nous laissons pas ralentir par ceux-là. Nous ne pouvons nous permettre ce luxe. En face, le camp de la réaction s’est renforcé avec l’arrivée de nouveaux militants venant du Parti socialiste, naguère parti de gauche, et des militants d’EELV, sournoisement détournés par Daniel Cohn-Bendit.

L’exemple nous vient des Bouches-du-Rhône, là-bas, la convergence pour une riposte indique clairement la voie à suivre. Saurons-nous suivre leur exemple ? J’ose l’espérer. Et si nos organisations respectives sont trop timides alors, renvoyons-les à leurs chères études.

 

Quelques articles supplémentaires sur la #GreveSNCF :


Commentaire sur “Le Front des luttes est mort, vive la Convergence !

  • Trazibule

    Un jour les cheminots accepteront d’emmener les intermittents voir la filière paysanne sous la protection des gardiens de prison en grève, pour discuter avec ceux de notre dame des landes comment aider les sans papiers grace aux enseignants en grève en permettant à leur enfants une vraie scolarité et une prise en charge par les services médicaux en grève pour soigner leurs maladies issues des méfaits des industries que combattent les écologistes, avec l’aide des ouvriers qui se battent pour leurs conditions de travail…
    Quand chacun se rendra compte que tous sont aussi indispensables qu’eux mêmes, ils pourront exiger ensemble que les hommes politiques se mettent enfin à jouer le rôle pour lequel ils sont payés : écouter et défendre le peuple….
    Tiens bizarre, il n’y a jamais eu de grève chez les politiques?

Les commentaires sont fermés.