Militer


Depuis la fin de la semaine dernière je suis à Aix en Provence et j’ai la chance de me retrouver parmi mes camarades du comité du Pays d’Aix en Provence – Est Etang. Un plaisir militant autant qu’humain. Je retrouve Dominique, Thomas, Léo, Hélène, Clovis, Béa, Charlène, Pascale-Hélène, François, Guillaume et tant d’autres. Même René qui est en Turquie est parmi nous !

Depuis vendredi dernier, je ne compte presque plus les initiatives organisées et auxquelles participent un nombre incroyable de camarades. Pas un jour sans qu’une nouvelle tâche ne nous occupe totalement.

Samedi 20 avril

saint-chamas-2

Marcel, Hélène Le Cacheux et Jo’ Canali

Une assemblée citoyenne du Front de gauche à Saint-Chamas entre austérité et 6ème République avec Hélène Le Cacheux, membre du Bureau national du Parti de gauche, Jo’ Canali, secrétaire de la section communiste de Berre l’Etang, Marcel le co-secrataire de la section communiste de Saint-Chamas et bien entendu les camarades du Parti de gauche, de la GA, de la GU quelques militantes écologistes et des citoyens nombreux, engagés dans aucun parti.

saint-chamas

Chacun apporte quelque chose

Nous avions la chance de compter parmi nous le porte parole de l’intersyndicale de Kem one, qui nous a fait un point précis et circonstancié de l’état dans lequel se trouve la lutte et de la proposition qu’ils portent de créer un consortium pétrochimique.

Vous ne pouvez imaginer le nombre d’actions que nous avons déjà en tête et celles qui sont déjà en route.

Dimanche 21

bus-front-de-gauche

lien vers le formulaire d’inscription

Entre différentes diffes de tract appelant à la marche pour la 6ème République nous avons travaillé affiner la réservation d’un car et à la création d’une cuvée spéciale 6ème République. Les ventes de cette cuvée ne sont dédiées qu’à une seule chose, rendre possible le voyage pour celles et ceux qui, par manque de moyens financiers, ne peuvent sortir 62€ pour une manifestation.

Nous avons bien travaillé et les précommandes sont d’ors et déjà possible.

Lundi 22

Réunion du bureau de comité. Ici à Aix en Provence, nous sommes loin d’un fonctionnement des « cerveaux » qui réfléchissent et des militants qui collent. Nous faisons le choix de l’intelligence, ainsi, les réunions de bureau sont ouvertes à chaque militant qui veut prendre une tâche ou qui, sur tel ou tel événement, propose une idée d’action.

Ce soir là, nous avons fait un point sur les municipales, sur la proposition faite par certain d’un « appel des 12 » drôle de nom me direz-vous. Vous n’avez pas tort. Ca ressemble à rien ce machin là. Mais libre à chacun de faire ce qu’il croit être bon pour la cause. Le PG dans son immense majorité n’a pas jugé bon de partir la fleure au fusil dans un telle aventure. A nous d’expliquer et de convaincre. Je n’ai aucun doute, je sais que mes camarades tiennent les bons arguments et la bonne stratégie. Un appel des 12 ne peut pas tenir face à une assemblée constituante municipale.

Hélène Le Cacheux, notre camarade membre du Bureau national du Parti de gauche et notre représentante à la coordination départementale du Front de gauche nous a fait un point de situation. Moment important pour chaque militant du Parti de gauche qui veille et prend soin du Front de gauche comme s’il s’agissait de la prunelle de nos yeux. Hélène nous a rassuré, le Front de gauche, malgré quelques indélicatesses tient bon et chaque composante sait bien que la cause pour laquelle nous nous battons ne peut faire l’économie de cet outil.

Mais le vrai sujet était ailleurs. Nous devions peaufiner les derniers détails du rassemblement du lendemain. En effet, notre comité est co-initiateur du Collectif aixois pour l’égalité. Ce collectif s’est donné pour tâche de relancer dans la ville d’Aix la lutte pour l’égalité de toutes et tous et contre l’homophobie.

Le lendemain nous avions un rendez-vous important puisque le premier d’une longue série : Un rassemblement devant l’hôtel de ville où, une certaine Joissains tient boutique. La date était d’importance puisque ce jour là, l’Assemblée nationale votait enfin la loi du mariage pour tous.

Il aurait été incroyable que des militants comme nous n’y soient pas. Et bien figurez-vous que certains pensaient que nous nous réunirions ce soir là pour parler boutique ! Vous y croyez vous ? Sérieusement qui auraient en tête de se réunir un tel jour pour jacasser du partage des tâches internes ? En tout cas pas moi, et aucun des militants du comité d’Aix qui savent où est leur place et quel est leur rôle dans le mouvement du monde tel qu’il va en ce moment. Évidemment qu’il faut s’organiser, évidemment que des tâches internes doivent être prises en charge mais cela n’est une priorité que là où personne ne fiche rien pas là où chacun sait qu’il peut proposer et mettre ne marche !

Donc, nous, au comité d’Aix, nous nous attelions aux dernières relances, aux dernières vérifications du matériel et toutes ces choses qu’il est nécessaire de vérifier mille et une fois pour qu’un rendez-vous soit une réussite et non une improvisation pitoyable.

Mardi 23

Photo de Pascale-Hélène

Photo de Pascale-Hélène

Toute la journée était tournée vers le rassemblement du soir. Nous avons collé, distribué des tracts et le soir venu, je pouvais voir sur les visages des militants les plus « récents » cette angoisse caractéristique de celles et ceux qui après avoir tout donné craignent le pire. Le bide, une place vide, des journalistes goguenards et des passants pouffant de rire. Et puis, petit à petit les visages se sont détendus, les premiers sourires sont apparus et …

… et nous étions … plus de 500 personnes réunies en plein centre ville d’Aix en Provence, juste en face d’un bar à la fumeuse réputation d’être le lieu de rendez-vous des crânes rasés aux idées aussi courte que leur permet leur cheffe à penser.

Un succès dépassant nos prévisions les plus folles. Nous avons réveillé Aix et Aix ne se rendormira pas de si tôt.

Évidemment après la dispersion du rassemblement nous nous sommes retrouvés autour d’un verre sur l’une des terrasses qui font le charme de cette ville d’eaux. Et là, au détour d’un regard, l’un de nous tombe sur un programme télé et voit que Jean-Luc sera, le surlendemain, à la télé. Ni une, ni deux, le camarade qui vient à peine de nous rejoindre – il n’a pas encore sa carte – nous propose d’organiser une écoute collective. Banco ! La patronne du bar Le Gaulois vient prendre notre commande. Elle n’a pas été déçue.

« Bonsoir qu’est ce que je vous sers ? »
« Dites, votre arrière salle est libre demain ? »
« heu … oui … oui … pourquoi ? »
« Et si nous organisions une écoute collective ? Y’a Jean-Luc qui passe à 20h30. »
« ha oui, d’accord. Pas de problème. »
« Chouette ! Ce sera ….. »

Voilà comment fonctionne le comité d’Aix. Celui qui a une idée, qu’il soit nouvel arrivant ou militant chevronné, propose et ensuite, plus rien ne nous arrête. Plus rien ni personne. Alors, oui, certain-es peuvent être choqué-es. Mais qu’est-ce que ce comité fonctionne bien.

J’oubliais. Cerise sur le gâteau. Hier soir, 4 nouveaux nous ont rejoints dont celui qui a demandé la salle pour l’audition ! Et jeudi soir, ils ont déjà des tâches d’organisation, ils sont maitres à bord. Nous, les anciens, ne sommes là que pour le coup de main, pas pour les ordres et les directives. Non. Juste le coup de main, le conseil, la coup de confiance dont nous avons tous besoin. Essayez, vous serez surpris. Les camarades ont des idées, des savoirs faire et envie, une putain d’envie de militer !

Mercredi 24

En voilà un tableau de tâches à jour !

En voilà un tableau de tâches à jour !

Après une courte nuit pour cause de bouclage du tract pour l’écoute collective et de la lettre d’information, nous voilà en route pour Gémenos. Vous ne connaissez pas encore Gémenos ? Pourtant c’est là que se trouve l’usine occupée depuis 3 ans par les camarades en lutte de Fralib.

Sur place nous retrouvons Olivier, Henry, Gérard, Dominique, François enfin bref nous retrouvons les camarades de garde. Comme toujours ils bossent. Comme toujours, nous leur proposons notre aide et comme toujours nous partons les mains pleines.

Aujourd’hui, ils nous demandent de participer à l’appel pour un rassemblement jeudi matin devant le tribunal des prud’hommes de Marseille. L’appel est lancé, la lettre d’info est sur la toile et les retours des camarades sont déjà nombreux pour proposer des covoiturages. A n’en pas douter, demain à 8h30 nous serons nombreux de mon comité à Marseille !

Jeudi 25

Le matin Marseille avec les Fralibs, le soir Aix avec jean-Luc entre les deux, je ne sais pas encore mais je sais, que nous militerons et que nous le ferons dans la joie et un plaisir sans limite. Je ne peux que vous souhaiter la même chose !