La bureaucratie nous étouffe 1


Je suis militant, je suis un bon petit soldat, je suis discipliné, je me plie aux injonctions … Oui, mais voilà, je ne me reconnais qu’un seul chef : ma conscience politique. Et, visiblement, c’est là que ça déraille et sévèrement qui plus est.

Mon camp, celui des oppressé-es (oui, je sais c’est désuet, mais comme les mots ont un sens autant les utiliser), mon camp donc ou, pour être encore plus précis, ma classe, traverse l’une des pires périodes de son histoire.

Non pas que nous* vivions, aujourd’hui, pire que nos grands-parents, mais nous vivrons demain aussi mal qu’eux.

Alors que nous n’avons jamais eu autant de moyens, intellectuels, logistiques et de facilitées organisationnelles de toute notre histoire, notre action a rarement été aussi insignifiante pour en pas dire médiocre.

Vous trouvez que je nous juge sévèrement ? Voici deux exemples, vous me direz ensuite ce que vous en pensez.

  • 8 salariés de #Goodyear sont poursuivis par la justice sur ordre du gouvernement socialiste (sic !) et sont condamnés à 2 ans de prison dont neuf mois fermes. Quelles actions mettons-nous en œuvre ? Une pétition et des comités de soutien. Le résultat ? INSIGNIFIANT !
Goodyear

Chiffres issus de Wikipédia. Charge à leurs chargé de comm. de les mettre à jour.

  • CP-intersyndicaleLe projet de loi El Khomri, qui veut réinstaurer le droit de servage en organisant la déréglementation complète du temps de travail, en permettant au patron de nous faire bosser le temps qu’il voudra, au grès de ses envies (et le cas échéant des besoins de son portefeuille ou de celui des actionnaires).
    Projet de loi qui voudrait que nos enfants qui sont en apprentissage puissent travailler jusqu’à 10 heures par jours et 40h par semaine !
    Quelles actions avons-nous mises en place ? Une pétition (certes signée largement), la traditionnelle « intersyndicale » qui se fend d’un communiqué de presse (ci-contre) où l’on menace tout de même le gouvernement de …. Se réunir à nouveau dans 10 jours … INSIGNIFIANT !

Loi-El_Khomri-jeunes-2

Qui peut imaginer que de telles actions sont à la hauteur ? Heureusement, ici et là des voix s’élèvent, parmi des syndicalistes comme chez des non encarté-es, pour inciter à mener des actions revendicatives.

Évidemment, nous devons nous organiser, mais, attention, l’organisation n’est utile que si elle sert à défendre nos droits et relayer notre parole. Si, par contre, l’organisation se transforme sous le poids d’une bureaucratie, plus prompte à discutailler qu’à agir et porter notre voix, alors, cette organisation devient un handicap. Notre devoir est alors de la balancer par-dessus bord.

conclusion

Et que dire du volet politique si ce n’est souligner que, fidèle à sa longue tradition et son sens du timing parfait, la gauche institutionnelle est encore une fois à côté de la plaque et s’entre-chamaille pour savoir quelle fraction pourra voir sa tête en haut de l’affiche.

Pourtant, ceux que nous vous avez envoyé au parlement, sénat et autres institutions européennes pour justement défendre les intérêts de notre classe, ont tout simplement oublié de nous alerter sur les bombes que les puissants, qu’ils côtoient plus souvent que toi et moi, se préparaient à nous envoyer sur la tête. Alors, à quoi servent-ils ?

* Par nous, j’entends bien entendu, « nous » les « oppressés », mais ai-je besoin de préciser ? Je préfère, on ne sait jamais, des fois que des adhérents du club-med-socialiste ne se soient perdus par ici


Commentaire sur “La bureaucratie nous étouffe

  • Gédécé

    nous ne recevrons rien que nous n’ayons arraché, en effet. Aucune élection ne changera rien, si ce n’est à la marge.

Les commentaires sont fermés.